Les moments les plus critiques : l’achat de la résidence principale

Le choix mène à la tension, la tension mène à l’engueulade, l’engueulade mène à l’adultère. Le raccourci est un peu abrupt, mais il résume bien la dynamique qui conduit à l’infidélité lors des grands tournants de la vie.

Le choix, c’est d’abord celui de s’engager sur du solide. Adieu bail de trois ans, bonjour emprunt sur quinze. Indécis, s’abstenir. Acheter une résidence principale, c’est un peu comme un mariage. Formalité engageante pour les hommes, sacrement pour les femmes, le ressenti n’est pas du tout le même selon que l’on appartient à l’un ou à l’autre sexe.

Les femmes se réjouissent en premier lieu de ce lien supplémentaire tissé avec l’élu de leur cœur. Un lien qui leur donne aussi une énorme occasion de faire du shopping. Mais il y a encore plus fort : cette fois-ci, elles vont pouvoir traîner Jules dans chaque recoin de magasin en A (Conforama, Habitat, Ikea, Alinéa, Roche-Bobois, Bricorama, Merlin- Leroy,) sans qu’il n’ait de raison objective de s’en plaindre.

Les hommes, on leur dit « cocon », ils entendent « carcan ». Madame visite le chantier en pensant déco, c’est-à-dire rendre le cocon encore plus cocoonesque. Monsieur visite le chantier en pensant home cinéma, c’est-à-dire « comment je m’évade de là, au moins virtuellement ».

Et il ne suffit pas de s’engager, certains diront « se lier » pour une éternité, il faut aussi être d’accord. Sur le quartier. Chic calme ou popu sympa ? Dans la fureur des villes ou la poésie d’un coin de verdure ? Parce que choisir sa résidence, c’est imaginer sa vie. Donc potentiellement TOUTE sa vie.

Cette pièce, c’est une salle de jeux pour les enfants, ou un bureau pour Papa ? La vie, on va la passer à jouer ou à travailler ? Autant de questions qui, si elles étaient juste théoriques tant que l’achat de cet appartement ou de cette maison n’était qu’un rêve, deviennent terriblement concrètes depuis que votre banque vous a proposé ce taux si alléchant.

Faut-il s’installer près des parents de l’un, de l’autre, des amis, des musées, des bureaux, des lycées bien côtés, pour quand on aura des enfants ? Débat, pression, discorde, sortie de route, bouffée d’air frais. On fait un petit tour et puis on revient, ou l’on change carrément de cavalière, en faisant dans le style célibataire endurcie accro aux loyers de 48.

« Le sexe est le prix que les femmes payent pour se marier. Le mariage est le prix que les hommes payent pour obtenir du sexe. » Allan Pease, auteur

Notez qu’il serait extrêmement malhonnête de notre part de systématiser cette approche fort négative de la nidification.

S’installer, c’est aussi mettre en commun des compétences comme le bricolage et la capacité de visualisation dans l’espace pour les garçons, l’imagination et une facilité spectaculaire à se projeter dans l’avenir pour les filles. Un moment de cohésion donc, mais on ne sait jamais, gardez l’œil ouvert, un nidificateur averti en vaut deux.